Plus qu'un livre, une expérience ! : Différence entre versions

De Wiki ECOPOL
(copié-collé de la version 1.1 2016)
 
(22 révisions intermédiaires par 4 utilisateurs non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
''théâtre forum, théâtre des opprimés, plateforme wiki, écologie communautaire, sagesse des foules, coopération, copyleft, copyright, licence libre. ''
+
'''Notions-clés:'''[https://groups.diigo.com/group/e_culture/search?what=th%C3%A9%C3%A2tre+forum ''théâtre forum''], [https://en.wikipedia.org/wiki/Theatre_of_the_Oppressed ''théâtre des opprimés''],[https://fr.wikipedia.org/wiki/Plate-forme_(informatique) ''plateforme wiki''],[http://www.sciencesnaturelles.ch/topics/biodiversity/forschen_fachgebeite/_kologie ''écologie communautaire''],[https://groups.diigo.com/group/e_culture/search?what=+sagesse+des+foules ''sagesse des foules''],[https://groups.diigo.com/group/e_culture/search?what=coop%C3%A9ration ''coopération''],[https://groups.diigo.com/group/e_culture/search?what=copyleft ''copyleft''],[https://groups.diigo.com/group/e_culture/search?what=copyright ''copyright''],[https://groups.diigo.com/group/e_culture/search?what=licence+libre ''licence libre''],[https://groups.diigo.com/group/e_culture/search?what=contribution ''contribution''.] ''
---------------
+
------------
  
[[Fichier:A0311.jpg]]
+
Imaginez que vous assistez à une pièce de théâtre. Vous entrez dans la salle, vous prenez place, vous êtes curieux de savoir ce qui va se passer après le lever de rideau. Ça commence, vous vous laissez porter par l’histoire : une querelle de couple devant leurs voisins passifs. Soudain, surprise ! Les comédiens descendent de scène, ils s'asseyent à vos côtés, vous interpellent : « ''Qu'auriez-vous fait différemment dans cette scène ? ''»  Certains spectateurs se lancent. L’un d'eux dit : «'' Moi, si j’étais le voisin, je serais intervenu ''». Un comédien lui répond : « Allez-y, rejouez la scène, changez l’histoire ». Ainsi, encouragé par le public, le spectateur rejoint la scène et la rejoue.
==Le théâtre de la vie==
 
Imaginez que vous assistez à une pièce de théâtre.Vous entrez dans la salle, vous prenez place, vous êtes curieux de savoir ce qui va se passer après le lever du rideau.Ça commence, vous vous laissez porter, mais tout à coup, surprise !
 
  
Les comédiens sortent de la scène, ils s'assoient à côté de vous, interpellent les spectateurs, leur proposent de participer à la pièce. Certains acceptent d'entrer dans le jeu, d'autres non, et la pièce prend une tournure très étonnante. On se rend alors compte que nous sommes dans le théâtre de la vie, que nous sommes tous des acteurs.
+
[[Fichier:A0311.jpg|thumb]]
  
Ce théâtre forum<ref>Pour en savoir plus sur la notion de théâtre forum : consultez l'article "théâtre forum" sur Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9%C3%A2tre_forum.</ref>, aussi appelé le ''théâtre des opprimés'', est une technique de théâtre participative qui favorise la conscientisation et l'information des populations. On y joue des scènes exposant les problématiques de la vie quotidienne, puis le public a la possibilité d'intervenir et de changer le cours des événements, en proposant de meilleures issues.
+
Ce style de théâtre existe : c’est le principe du théâtre forum<ref> Pour en savoir de plus,consultez l'article [https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9%C3%A2tre_forum théâtre forum] sur Wikipedia.</ref>, aussi appelé le théâtre des opprimés. C’est une technique théâtrale participative qui aide les publics à devenir de meilleurs acteurs de leur propre vie. On y joue des scènes exposant les problématiques de la vie quotidienne, puis le public a la possibilité d'intervenir et de changer le cours des événements, en proposant de meilleures issues.
 +
On se rend alors compte que nous sommes dans le théâtre de la vie, que nous pouvons tous être acteurs et non pas seulement spectateurs de la société, que nous pouvons incarner le changement.
  
Dans ce livre, c'est aussi ce qui se passe ! Nous avons écrit un canevas que vous pouvez améliorer en participant à l'aventure humaine du projet Ecopol. Influer sur la réalité future des pôles d'écologie communautaire promus dans cet ouvrage, voilà une magnifique opportunité à laquelle vous êtes chaleureusement invité. Et ce, de nombreuses manières!
+
==Expérience vécue==
  
*Vous pouvez choisir d'entrer en scène comme simple force de proposition, en améliorant le synopsis par exemple. Partagez vos idées avec le public, elles viendront enrichir le contenu du livre en constante évolution sur sa ''plateforme wiki''. Grâce à cet outil numérique collaboratif, chacun peut facilement ''apporter de l'eau au moulin'' des pôles d'écologie communautaire en intervenant directement dans les pages en accès libre sur wiki.ecopol.net<ref>wiki.ecopol.net : http://wiki.ecopol.net</ref>
+
J’ai commencé mes expériences professionnelles comme metteur en scène, en 1989. J’avais 17 ans. J’ai monté la pièce La leçon de Ionesco au MAD à Lausanne<ref>Voir l'article 1984-1997:[http://wiki.ecopol.net/index.php/1984-1997_:_MAD_puis_Tir_Group%C3%A9,_un_%C3%A9tat_d'esprit MAD puis TirGroupé,un état d'esprit], acte 4</ref>, dans laquelle j’ai suivi les standards de la direction de comédiens : j’orientais leur jeu, leur manière d’interpréter leur rôle, leur manière d’occuper la scène, leur ton… En parallèle, je cherchais à leur donner confiance en eux pour qu’ils prennent des initiatives, qu’ils incarnent leur rôle. Pour rajouter une dimension participative et innovante, au lieu des trois comédiens initialement prévus par l’auteur de la pièce (un prof, une élève, une bonne), il y en avait dix :  une bonne, cinq professeurs (au lieu d’un) et cinq élèves (au lieu d’une). Les spectateurs étaient assis-couchés au milieu de la salle, sur des matelas avec des coussins, en chaussettes, et les cinq duos professeur-élève étaient tout autour. La bonne, jouée par une grand-mère sublime, Clélia Babaïantz, courait d’un duo prof-élève à l’autre, zigzaguant entre les pieds du public. Plusieurs fois au cours du spectacle, les spectateurs étaient pris à parti. On tirait même un spectateur au sort tous les soirs, il montait alors sur scène pour jouer dans la pièce. Je tâtonnais sans le savoir dans la mouvance du théâtre forum.
  
*Vous pouvez également devenir un acteur principal et choisir l'un des actes de la concrétisation du projet pour intervenir sur scène. Plusieurs rôles vous sont offerts (voir notre article ''Comment contribuer/participer''). A chacun son texte et ses contributions pour favoriser la mise en scène d'Ecopol !
+
Après cette pièce, j’ai mis en scène des performances pour des soirées à thème. Performances au sens où j’essayais, à ma modeste mesure, de stimuler la participation du public, la fusion entre consommateurs et comédiens. Mais je ne rencontrais que peu d’écho dans ce sens de la part des professionnels du théâtre. J’ai ressenti une certaine déception face à la tendance dominante, voire exclusive, de la culture théâtrale : séparation nette et quasi totale entre public passif et comédiens actifs ; trop peu d’encouragements à l’improvisation ; trop peu de mélanges entre professionnels et amateurs ; trop peu de spectacles encourageant les spectateurs à devenir acteurs. Plus largement, l’art contemporain me semblait traiter de sujets trop éloignés des défis concrets rencontrés dans la société, des sujets trop théoriques pour moi. Je ne m’y retrouvais pas, j'espérais participer à un art plus social, un art populaire, comme un cousin du hip-hop magnifiant les entrepreneurs sociaux. J’ai progressivement migré vers d’autres métiers connexes de la créativité et de la gestion d’équipe, par intérêt pour la diversité d’une part, et par plaisir de mettre en scène autre chose que des pièces de théâtre. A maints égards, développer un écolieu, c’est aussi mettre en scène un certain théâtre de la vie.
  
== Pourquoi ce livre? ==
+
Ce n’est qu’en 2001, à l’occasion d’une tournée au Brésil avec un groupe de pionniers du changement dont je faisais partie, que j’ai découvert le mouvement mondial Théatre Forum. Lors d’une visite d’initiatives d’entrepreneurs sociaux hors du commun, j'ai pu rencontrer Augusto Boal, son fondateur. Pendant 12 ans, j’avais tâtonné pour aller dans ce sens, et c’était magnifique d’avoir enfin trouvé une communauté de praticiens partageant la passion du théâtre et des démarches participatives.  
La proposition du projet Ecopol est de donner vie à un pôle international d'écologie communautaire. Ainsi, ce livre permet à tous ceux qui sont intéressés par cette proposition de mieux la comprendre et de se préparer à s'immerger dans un lieu où elle sera réalisée concrètement.
 
C'est en quelque sorte un catalogue de propositions pour un changement global aussi digeste et cohérent que possible.
 
L'esprit d'Ecopol s'inspire d'une nouvelle vague de chercheurs des sciences de la vie, d'économistes, de mathématiciens et d'artistes, qui croient et réussissent à démontrer par leurs œuvres que la compétition et l'individu ne sont qu'une petite partie d'un grand ensemble basé sur l'esprit communautaire et coopératif. Cette faculté de coopération, assurément un des piliers du bon fonctionnement de l'Ecopol, s'incarne d'ores et déjà dans cet ouvrage issu de la culture collaborative.
 
  
== Un ouvrage sous licence libre et en libre accès==
+
Aujourd’hui en 2014, le monde a bien changé. Des citoyens éveillés ont initié des groupes de Théâtre Forum un peu partout sur terre. Mais la reconnaissance des pouvoirs publics tarde à venir. Comme cet art mélange messages d’utilité publique, style théâtral et démarches pédagogiques, il est jugé trop transdisciplinaire par les services culturels des administrations publiques. Cela le rend inclassable et donc aucun service n’a pour mission de le financer. C’est un exemple parmi d’autres de la difficulté que rencontrent les entrepreneurs sociaux pour assurer la pérennité des initiatives citoyennes qui font sens. J’ai eu la chance de coopérer avec divers groupes dont celui de Nono Kanzumba et sa troupe Les kamikazes du Congo Kinshasa, qui voyagent dans les campagnes de ce pays multiculturel pour théâtraliser, avec courage, les sujets brûlants de la guerre civile : mutilations faites aux femmes, appel aux dons de sang et autres campagnes visant à l’éveil des consciences citoyennes.
Ce livre est disponible en téléchargement libre, et sous une licence libre, sur [http://wiki.ecopol.net http://wiki.ecopol.net]. Chacun peut y accéder gratuitement. Cet ouvrage s'ancre dans la culture du '''copyleft''', aussi nommé métaphoriquement « gauche d'auteur » pour refléter les enjeux des « droits d'auteur ». C'est une alternative au copyright qui permet à chacun de modifier et redistribuer l'oeuvre (voir notre article sur ''[[La collection eCulture]]''). En effet, un des ingrédients important d'Ecopol est la promotion d'une société de la communication et du partage des informations. Des informations ouvertes, libres et accessibles à tous. A l'opposé d'une vision exclusive de la diffusion (sous copyright notamment), la circulation libre de l'oeuvre lui permet d'être partagée avec un large public. Cela augmente spontanément la probabilité de fédérer une communauté autour de l'ouvrage. Une communauté d'autant plus motivée qu'elle a la possibilité de modifier l'ouvrage sur le web.
 
  
Comme sur Wikipédia, chacun peut apporter sa contribution, l'auteur initial ou ses délégués pouvant choisir d'accepter ou non les propositions des contributeurs. Le débat est ouvert. Il est ainsi possible de faire plusieurs versions, de voir l'oeuvre évoluer dans le temps, d'obtenir de nouvelles illustrations, schémas, idées.
+
J’ai aussi eu l’opportunité de soutenir la caravane Arc-en-ciel pour la paix au Brésil<ref>http://caravanaarcoiris.blogspot.ch/ ''caravanaarcoiris.blogspot.ch/''/</ref> sur quelques-unes de ses étapes. Cette communauté d’artistes, pédagogues et techniciens du spectacle, pilotée par le franco-mexicain Alberto Ruz Buenfil, a passé 25 ans sur les routes d’Amérique latine pour proposer des spectacles participatifs d’éco-logique, dans les villages semi-autarciques les plus reculés. Au Brésil, ces créatifs se sont notamment arrêtés dans des quilombos<ref>Voir l'article [https://www.google.co.uk/?gws_rd=ssl#q=https:%2F%2Ffr.wikipedia.org%2FWiki%2Fquilombo_(esclavage) ''Quilombo''], dans Wikipedia</ref>, hameaux où s'étaient réfugiés leurs ancêtres esclaves noirs. Des chefs de village leur expliquèrent : « C’est la première fois que des gens viennent nous rencontrer vraiment, sans nous proposer de nous vendre quelque chose ou de nous acheter nos votes ». Le spectacle final de la Caravane, avant le départ, suscitait de nouvelles vocations dont certaines ont fleuri.
  
Ainsi, le livre prend vie au-delà de l'objet, c'est une expérience avec des diffuseurs, des relecteurs, des contributeurs. Son contenu s'améliore grâce à ''la sagesse des foules'', concept proche de celui de l'intelligence collective, qui nous rappelle, en deux mots, que le produit de la réflexion d'un grand nombre de personnes est supérieur à la réflexion d'un groupe restreint d'individus.
+
Le théâtre forum est une clé essentielle pour l’écologie communautaire, il  nous encourage à incarner le changement que nous souhaitons.
La notion de version est importante, car ce livre évolue. Il est donc utile de regarder quelle est la version que vous avez dans les mains. Chaque version mentionne la date de parution ; ainsi, vous pourrez choisir d'accéder à la dernière version disponible, qui contient, peut-être, quelques éléments nouveaux ou des améliorations significatives.
 
  
== Comment lire ce livre? ==
+
==Un livre participatif, comme le théâtre forum et Wikipédia==
Comme ce livre contient beaucoup d'informations. Il est possible de le lire en considérant chaque article comme de petites histoires séparées. En prenant les textes au hasard, vous pouvez déguster le livre comme une encyclopédie, non-exhaustive, des meilleures pratiques pour la durabilité de l'humanité sur Terre. Vous pourrez donc apprendre de nouveaux concepts en plus de découvrir de nouvelles pratiques.
 
  
== Comment lui donner vie? ==
+
La démarche de ce livre Ecopol va dans le même sens que le théâtre forum. Vous pouvez enrichir ces articles via un wiki, comme sur Wikipédia. Ils sont accessibles sur http://wiki.ecopol.net.
Vous pouvez passer à l'action en contribuant, depuis chez vous, où que vous soyez, à animer ce livre de plusieurs manières :
 
*comme contributeur, en allant sur le wiki du livre et en proposant des améliorations, notamment en rajoutant des liens, des images ou des corrections en tout genre
 
*comme traducteur, en participant au groupe de travail dans votre langue
 
*comme ambassadeur, en diffusant l'existence du livre, vous ferez ainsi partie de la communauté virtuelle Ecopol qui fait connaître ce projet.  
 
Tout ceci dans le but que ce livre devienne progressivement le vôtre.
 
  
En complément du livre, vous trouverez de nombreuses ressources, documentaires, vidéos, quiz, récits d'expériences, photos, possibilités de workshops et d'ateliers de formation pour devenir ambassadeurs sur le site [http://www.ecopol.net www.ecopol.net].
+
Tout internaute peut y consulter l’historique de chaque article, y poster des références, des définitions, des liens sur des initiatives, et ajouter des commentaires critiques dans l’onglet discussion. Et toutes les personnes qui « suivent » l’article reçoivent automatiquement une alerte les avisant des nouvelles contributions. Ainsi la technologie est vraiment à notre service, elle facilite notre coopération sans alourdir notre quotidien.''
  
==Un changement de regard==
+
==Un livre sous licence libre==
Avec ce livre, nous montrons des modes de gestion respectueux de l'environnement, parfaitement viables socialement et économiquement. Nous mettons en pratique les valeurs de l'écologie communautaire en utilisant une licence libre permettant à chacun-e de copier et modifier le livre, en imprimant à la demande de petits tirages, et surtout en montrant nos pratiques, en révélant les modes de fabrication d'une bonne dynamique d'écolieux, plutôt que de miser sur les secrets de fabrication propres à l'ancien mode de vie. Dans votre quête de sens et de pratiques durables, cette expérience à livre ouvert peut vous faire gagner du temps, vous donner quelques clés nécessaires pour vos propres projets. Vous pouvez librement vous en inspirer.
 
  
Pour plonger dans l'aventure, il vous sera peut-être nécessaire d'adopter un nouveau regard.
+
C'est un prérequis intéressant et peu connu pour créer une communauté durable de contributeurs et de copilotes pour un projet multiforme nécessitant une bonne communication interne. Il s’agit de partager le savoir-faire en autorisant l’accès, l’usage, la modification et la redistribution des œuvres (livres, photos…). Accéder, utiliser, modifier et redistribuer sont les quatre libertés fondamentales du mouvement dit des licences libres. A ces quatre libertés, s’ajoutent deux obligations fondamentales : mentionner les auteurs, et conserver la licence (pour éviter que quelqu’un puisse limiter l’accès et l’usage de cette œuvre dans une version modifiée).
  
Les médias montrent plus aisément ce qui pose problème, ce qui ne va pas. Aussi, lire une proposition de solutions sur ce qui marche déjà, sur ce qui fonctionne, peut surprendre et même déstabiliser. Vous risquez spontanément de penser :
+
Ces quatre libertés font particulièrement sens pour des informations fonctionnelles : œuvre à vocation de mode d’emploi, qui propose des définitions, des savoir-faire, des résumés sur un sujet, des conseils pratiques… Comme ce livre a principalement une vocation d’œuvre fonctionnelle, nous avons choisi de le mettre sous licence libre. Précisément sous licence d’art libre (www.artlibre.org).
<br>''C'est bien joli tout ça, mais ça risque de ne pas marcher'',
 
<br>''Oui, mais là, il doit y avoir un problème''
 
<br>''C'est sûrement possible, mais à petite échelle. Pour la majorité de l'humanité, ces solutions ne sont pas réalistes''.
 
  
Pourtant, avec un peu de recul, on constate que les femmes n'avaient pas le droit de vote il y a cent ans, que l'accès aux soins ou à une retraite n'étaient pas du tout assuré, et les croyances dominantes ne laissaient pas non plus la place à ces innovations sociales que nous avons en bonne part acquises aujourd'hui.  
+
Une tendance émergente de la culture numérique part du principe que partager l’information ne la divise pas mais la multiplie. A notre sens, le partage devient progressivement la norme. Les maisons d’édition classiques ne l’ont pas encore suffisamment intégré dans leur culture de gestion. Elles refusent presque toujours de publier des œuvres placées sous licence libre par l’auteur, persuadées qu’elles perdront de l’argent en signant un accord de diffusion sans exclusivité. Pourtant les auteurs, eux, s’en donnent à cœur joie. Edition à compte d’auteur, impression à la demande, ouvrages collaboratifs, ebooks, publications préfinancées par le public via des sites de financement participatif (crowdfunding). La manière de créer a changé avec l’arrivée d’internet. Bienvenue dans le monde de l'écologie communautaire 2.0 !
  
En résumé, le nouveau regard nécessite de faire tomber les ''a priori'', les idées reçues. Seuls les idiots ne changent pas d'avis, dit-on !
+
==Un livre diffusé les pieds nus==
  
Car au fil de cette collection d'articles à but pédagogique, nous vous proposons d'élargir ensemble notre vision, pour considérer l'émergence de lieux labellisés Ecopol comme une réelle possibilité, née d'un enthousiasme collectif et collaboratif qui aura su apporter une réponse originale aux problématiques de notre temps !
+
C’est là aussi, un autre regard. L’expression les pieds nus s’utilise pour parler d’œuvres qui n’ont que peu été diffusées par des canaux classiques (librairies, diffuseurs, éditeurs réputés), mais qui ont quand même connu un grand succès populaire grâce à la mobilisation des lecteurs, par le bouche-à-oreille, et maintenant par internet. Il ne dépend que de vous de choisir de télécharger une copie en ligne sans faire de don, sans aider la vitalité de son développement. Autre option : le faire, ce don. C'est le ticket d'entrée dans la culture du don<ref> Voir l'article [http://wiki.ecopol.net/index.php/Les_peuples_premiers#Le_Potlatch_ou_la_culture_du_don Potlach ou la culture du don] ,acte 2</ref>.
  
===Notes et références===
+
==Une communauté pour améliorer ce livre en ligne==
 +
 
 +
Après la version 1.0 que voici, ce livre peut continuer sa route. Avec la vingtaine de personnes qui ont merveilleusement aidé à le rédiger, l'améliorer, le compléter, le référencer et le mettre en page, nous avons listé les prochaines étapes pour le déploiement de la démarche Ecopol. Chaque article peut être commenté, des images ajoutées, ainsi que des liens utiles sur des vidéos, des modes d'emploi, des définitions, des quiz. Sur le wiki, dans la page communauté, nous avons listé les principes rédactionnels, des règles typographiques, les intentions du livre. Ainsi, chacun peut contribuer en s’appuyant sur des règles communes, comme sur Wikipédia. Il est possible de contribuer scientifiquement et/ou de manière créative en complétant les articles existants, en les modifiant, en rajoutant des quiz, des devinettes, des anecdotes, des références utiles, en mettant à jour des faits statistiques pour que ce livre reste d’actualité...
 +
 
 +
==Une vidéo, c'est 24 images par secondes==
 +
 
 +
Une image équivaut à 1000 mots. Nous avons donc créé un groupe de travail pour référencer les vidéos inspirantes qui sont sur le web (documentaires principalement), pour les associer aux mots-clés qui se trouvent en haut de chaque article de ce livre. Notre but est d’arriver, symboliquement, à une sélection de 365 films, certains courts, d’autres longs, envoyés gratuitement par courriel pendant 365 jours à toute personne qui s’y inscrit. Le groupe de travail est déjà actif<ref>[http://www.lasmala.org/365-videos-ecopol/ wwwlasmala.org/365-videos-ecopol]</ref>.
 +
 
 +
==Les groupes de traduction multilingues==
 +
 
 +
Un autre groupe travaille sur la traduction du livre dans diverses langues, chacun à son rythme, tout doucement. Avec des amis, nous avons lancé depuis 2005 au Brésil un projet de grand lieu labellisé Ecopol, c’est pourquoi nous avons commencé la traduction en portugais et en anglais.
 +
 
 +
 
 +
== Notes et références ==
 
<References/>
 
<References/>
 +
 +
 +
[[Fichier:Revue de presse.jpg]]

Version actuelle datée du 26 juillet 2016 à 15:33

Notions-clés:théâtre forum, théâtre des opprimés,plateforme wiki,écologie communautaire,sagesse des foules,coopération,copyleft,copyright,licence libre,contribution.


Imaginez que vous assistez à une pièce de théâtre. Vous entrez dans la salle, vous prenez place, vous êtes curieux de savoir ce qui va se passer après le lever de rideau. Ça commence, vous vous laissez porter par l’histoire : une querelle de couple devant leurs voisins passifs. Soudain, surprise ! Les comédiens descendent de scène, ils s'asseyent à vos côtés, vous interpellent : « Qu'auriez-vous fait différemment dans cette scène ? » Certains spectateurs se lancent. L’un d'eux dit : « Moi, si j’étais le voisin, je serais intervenu ». Un comédien lui répond : « Allez-y, rejouez la scène, changez l’histoire ». Ainsi, encouragé par le public, le spectateur rejoint la scène et la rejoue.

Erreur lors de la création de la miniature : Fichier manquant

Ce style de théâtre existe : c’est le principe du théâtre forum[1], aussi appelé le théâtre des opprimés. C’est une technique théâtrale participative qui aide les publics à devenir de meilleurs acteurs de leur propre vie. On y joue des scènes exposant les problématiques de la vie quotidienne, puis le public a la possibilité d'intervenir et de changer le cours des événements, en proposant de meilleures issues. On se rend alors compte que nous sommes dans le théâtre de la vie, que nous pouvons tous être acteurs et non pas seulement spectateurs de la société, que nous pouvons incarner le changement.

Expérience vécue

J’ai commencé mes expériences professionnelles comme metteur en scène, en 1989. J’avais 17 ans. J’ai monté la pièce La leçon de Ionesco au MAD à Lausanne[2], dans laquelle j’ai suivi les standards de la direction de comédiens : j’orientais leur jeu, leur manière d’interpréter leur rôle, leur manière d’occuper la scène, leur ton… En parallèle, je cherchais à leur donner confiance en eux pour qu’ils prennent des initiatives, qu’ils incarnent leur rôle. Pour rajouter une dimension participative et innovante, au lieu des trois comédiens initialement prévus par l’auteur de la pièce (un prof, une élève, une bonne), il y en avait dix : une bonne, cinq professeurs (au lieu d’un) et cinq élèves (au lieu d’une). Les spectateurs étaient assis-couchés au milieu de la salle, sur des matelas avec des coussins, en chaussettes, et les cinq duos professeur-élève étaient tout autour. La bonne, jouée par une grand-mère sublime, Clélia Babaïantz, courait d’un duo prof-élève à l’autre, zigzaguant entre les pieds du public. Plusieurs fois au cours du spectacle, les spectateurs étaient pris à parti. On tirait même un spectateur au sort tous les soirs, il montait alors sur scène pour jouer dans la pièce. Je tâtonnais sans le savoir dans la mouvance du théâtre forum.

Après cette pièce, j’ai mis en scène des performances pour des soirées à thème. Performances au sens où j’essayais, à ma modeste mesure, de stimuler la participation du public, la fusion entre consommateurs et comédiens. Mais je ne rencontrais que peu d’écho dans ce sens de la part des professionnels du théâtre. J’ai ressenti une certaine déception face à la tendance dominante, voire exclusive, de la culture théâtrale : séparation nette et quasi totale entre public passif et comédiens actifs ; trop peu d’encouragements à l’improvisation ; trop peu de mélanges entre professionnels et amateurs ; trop peu de spectacles encourageant les spectateurs à devenir acteurs. Plus largement, l’art contemporain me semblait traiter de sujets trop éloignés des défis concrets rencontrés dans la société, des sujets trop théoriques pour moi. Je ne m’y retrouvais pas, j'espérais participer à un art plus social, un art populaire, comme un cousin du hip-hop magnifiant les entrepreneurs sociaux. J’ai progressivement migré vers d’autres métiers connexes de la créativité et de la gestion d’équipe, par intérêt pour la diversité d’une part, et par plaisir de mettre en scène autre chose que des pièces de théâtre. A maints égards, développer un écolieu, c’est aussi mettre en scène un certain théâtre de la vie.

Ce n’est qu’en 2001, à l’occasion d’une tournée au Brésil avec un groupe de pionniers du changement dont je faisais partie, que j’ai découvert le mouvement mondial Théatre Forum. Lors d’une visite d’initiatives d’entrepreneurs sociaux hors du commun, j'ai pu rencontrer Augusto Boal, son fondateur. Pendant 12 ans, j’avais tâtonné pour aller dans ce sens, et c’était magnifique d’avoir enfin trouvé une communauté de praticiens partageant la passion du théâtre et des démarches participatives.

Aujourd’hui en 2014, le monde a bien changé. Des citoyens éveillés ont initié des groupes de Théâtre Forum un peu partout sur terre. Mais la reconnaissance des pouvoirs publics tarde à venir. Comme cet art mélange messages d’utilité publique, style théâtral et démarches pédagogiques, il est jugé trop transdisciplinaire par les services culturels des administrations publiques. Cela le rend inclassable et donc aucun service n’a pour mission de le financer. C’est un exemple parmi d’autres de la difficulté que rencontrent les entrepreneurs sociaux pour assurer la pérennité des initiatives citoyennes qui font sens. J’ai eu la chance de coopérer avec divers groupes dont celui de Nono Kanzumba et sa troupe Les kamikazes du Congo Kinshasa, qui voyagent dans les campagnes de ce pays multiculturel pour théâtraliser, avec courage, les sujets brûlants de la guerre civile : mutilations faites aux femmes, appel aux dons de sang et autres campagnes visant à l’éveil des consciences citoyennes.

J’ai aussi eu l’opportunité de soutenir la caravane Arc-en-ciel pour la paix au Brésil[3] sur quelques-unes de ses étapes. Cette communauté d’artistes, pédagogues et techniciens du spectacle, pilotée par le franco-mexicain Alberto Ruz Buenfil, a passé 25 ans sur les routes d’Amérique latine pour proposer des spectacles participatifs d’éco-logique, dans les villages semi-autarciques les plus reculés. Au Brésil, ces créatifs se sont notamment arrêtés dans des quilombos[4], hameaux où s'étaient réfugiés leurs ancêtres esclaves noirs. Des chefs de village leur expliquèrent : « C’est la première fois que des gens viennent nous rencontrer vraiment, sans nous proposer de nous vendre quelque chose ou de nous acheter nos votes ». Le spectacle final de la Caravane, avant le départ, suscitait de nouvelles vocations dont certaines ont fleuri.

Le théâtre forum est une clé essentielle pour l’écologie communautaire, il nous encourage à incarner le changement que nous souhaitons.

Un livre participatif, comme le théâtre forum et Wikipédia

La démarche de ce livre Ecopol va dans le même sens que le théâtre forum. Vous pouvez enrichir ces articles via un wiki, comme sur Wikipédia. Ils sont accessibles sur http://wiki.ecopol.net.

Tout internaute peut y consulter l’historique de chaque article, y poster des références, des définitions, des liens sur des initiatives, et ajouter des commentaires critiques dans l’onglet discussion. Et toutes les personnes qui « suivent » l’article reçoivent automatiquement une alerte les avisant des nouvelles contributions. Ainsi la technologie est vraiment à notre service, elle facilite notre coopération sans alourdir notre quotidien.

Un livre sous licence libre

C'est un prérequis intéressant et peu connu pour créer une communauté durable de contributeurs et de copilotes pour un projet multiforme nécessitant une bonne communication interne. Il s’agit de partager le savoir-faire en autorisant l’accès, l’usage, la modification et la redistribution des œuvres (livres, photos…). Accéder, utiliser, modifier et redistribuer sont les quatre libertés fondamentales du mouvement dit des licences libres. A ces quatre libertés, s’ajoutent deux obligations fondamentales : mentionner les auteurs, et conserver la licence (pour éviter que quelqu’un puisse limiter l’accès et l’usage de cette œuvre dans une version modifiée).

Ces quatre libertés font particulièrement sens pour des informations fonctionnelles : œuvre à vocation de mode d’emploi, qui propose des définitions, des savoir-faire, des résumés sur un sujet, des conseils pratiques… Comme ce livre a principalement une vocation d’œuvre fonctionnelle, nous avons choisi de le mettre sous licence libre. Précisément sous licence d’art libre (www.artlibre.org).

Une tendance émergente de la culture numérique part du principe que partager l’information ne la divise pas mais la multiplie. A notre sens, le partage devient progressivement la norme. Les maisons d’édition classiques ne l’ont pas encore suffisamment intégré dans leur culture de gestion. Elles refusent presque toujours de publier des œuvres placées sous licence libre par l’auteur, persuadées qu’elles perdront de l’argent en signant un accord de diffusion sans exclusivité. Pourtant les auteurs, eux, s’en donnent à cœur joie. Edition à compte d’auteur, impression à la demande, ouvrages collaboratifs, ebooks, publications préfinancées par le public via des sites de financement participatif (crowdfunding). La manière de créer a changé avec l’arrivée d’internet. Bienvenue dans le monde de l'écologie communautaire 2.0 !

Un livre diffusé les pieds nus

C’est là aussi, un autre regard. L’expression les pieds nus s’utilise pour parler d’œuvres qui n’ont que peu été diffusées par des canaux classiques (librairies, diffuseurs, éditeurs réputés), mais qui ont quand même connu un grand succès populaire grâce à la mobilisation des lecteurs, par le bouche-à-oreille, et maintenant par internet. Il ne dépend que de vous de choisir de télécharger une copie en ligne sans faire de don, sans aider la vitalité de son développement. Autre option : le faire, ce don. C'est le ticket d'entrée dans la culture du don[5].

Une communauté pour améliorer ce livre en ligne

Après la version 1.0 que voici, ce livre peut continuer sa route. Avec la vingtaine de personnes qui ont merveilleusement aidé à le rédiger, l'améliorer, le compléter, le référencer et le mettre en page, nous avons listé les prochaines étapes pour le déploiement de la démarche Ecopol. Chaque article peut être commenté, des images ajoutées, ainsi que des liens utiles sur des vidéos, des modes d'emploi, des définitions, des quiz. Sur le wiki, dans la page communauté, nous avons listé les principes rédactionnels, des règles typographiques, les intentions du livre. Ainsi, chacun peut contribuer en s’appuyant sur des règles communes, comme sur Wikipédia. Il est possible de contribuer scientifiquement et/ou de manière créative en complétant les articles existants, en les modifiant, en rajoutant des quiz, des devinettes, des anecdotes, des références utiles, en mettant à jour des faits statistiques pour que ce livre reste d’actualité...

Une vidéo, c'est 24 images par secondes

Une image équivaut à 1000 mots. Nous avons donc créé un groupe de travail pour référencer les vidéos inspirantes qui sont sur le web (documentaires principalement), pour les associer aux mots-clés qui se trouvent en haut de chaque article de ce livre. Notre but est d’arriver, symboliquement, à une sélection de 365 films, certains courts, d’autres longs, envoyés gratuitement par courriel pendant 365 jours à toute personne qui s’y inscrit. Le groupe de travail est déjà actif[6].

Les groupes de traduction multilingues

Un autre groupe travaille sur la traduction du livre dans diverses langues, chacun à son rythme, tout doucement. Avec des amis, nous avons lancé depuis 2005 au Brésil un projet de grand lieu labellisé Ecopol, c’est pourquoi nous avons commencé la traduction en portugais et en anglais.


Notes et références

  1. Pour en savoir de plus,consultez l'article théâtre forum sur Wikipedia.
  2. Voir l'article 1984-1997:MAD puis TirGroupé,un état d'esprit, acte 4
  3. http://caravanaarcoiris.blogspot.ch/ caravanaarcoiris.blogspot.ch//
  4. Voir l'article Quilombo, dans Wikipedia
  5. Voir l'article Potlach ou la culture du don ,acte 2
  6. wwwlasmala.org/365-videos-ecopol


Revue de presse.jpg